Synthèses personnelles

SYNTHESE PERSONNELLE  N°1

ANGELIQUE HAVART

 

Lors du T.P.E., un travail à long terme, sur six mois environ, est demandé ainsi qu'un travail collectif mais individuel pour évaluer nos capacités de travail. Il est donc neccesaire de se mettre avec des gens qui travailleront sans aucun soucis et dans la meilleure entente possible. Le groupe que j'ai constitué avec ma camarade a fournis un travail pendant ce long parcours, et avec une ambiance agréable. Mais comment avons-nous travailler ? Je vais donc vous dire pourquoi nous avons choisis ce sujet, puis les difficultés de notre T.P.E. et enfin les démarches que nous avons suivis.

 


Dans un premier temps, je vais vous dire pourquoi nous avons choisis ce sujet. Au début, lorsque nos professeurs ont expliqués ce qu'est le principe du T.P.E. et certaines attentes, nous avions du mal à voir ce que nous allions faire. Les six thèmes donnés ont donc permis de nous fixer un peu plus, et très vite notre choix a été porter sur pouvoirs et société. Toutes les idées que nous avions à propos de ce thème a été confié à l'une comme à l'autre. Le point sur lequel nous sommes tombé d'accord fut à propos du féminisme. Mais trouver une problèmatique et des axes pour ce sujet était un peu plus complexe. Nous avons donc réfléchis, et parler des inégalités entre les femmes et les hommes nous a parut une bonne idée surtout que nous avions trouvé, avec nos recherches, beaucoup d'idées dont nous pourrions parler. Mais nous avons beaucoup réfléchis avant de se lancer dans ce sujet car nous ne voulions pas parler d'un sujet qui serait ou soit trop simple, ou soit trop complexe. Notre choix sur la problématique a donc été très réfléchis. Mais ce n'est pas pour autant que nous n'avons rencontré aucune difficultés au cours de ce T.P.E.

 

Dans un deuxième temps, je vais vous parler de toutes les difficultés parcourue. Notre T.P.E. est un sujet qui n'est pas inconnu. Les sujets que nous avons abordés sont donc assez connu de tout le monde, il fallait donc trouver des idées originales pour ne pas rentrer dans le " banale ", c'est ce qui a été le plus difficile car le plus souvent, nos idées n'étaient pas forcément simple ou très utile. Nous avons donc fait de notre mieux pour éviter de tomber dans ce " banale " ainsi que dans l'exposé. Notre T.P.E. est très écris ce qui n'est pas forcément d'une grande aide car nous pouvons vite tomber dans l'exposé, ce que nous ne voulions absolument pas. Ce qui nous a fait peur lors de notre lancer fut le fait que ce sujet est une question très présente dans notre société, et donc il fallait être sur de pouvoir parler correctement de ce que nous allions abordé. Ce fut un défi que nous avons relever.

 

Dans un troisième temps, les démarches de notre T.P.E. ont été principalement fondés sur des sites internet ou des livres. Nous avons passé les débuts de notre T.P.E. a récolter plusieurs sites et livres qui parlent des inégalités entre les femmes et les hommes pour pouvoir nous fixer sur nos parties et nos sous-partie. Les recherches ont très vite servis car nous avions très vite su de quoi nous voulions parler. On a ensuite consacré nos recherches sur des idées plus précises pour nos parties. Beaucoup de sites et de livres nous ont été d'une grande aide. Mes recherches étaient plus basées sur des sites internet, car j'étais plus intéressé par la première partie. Nos recherches étaient faites ensemble lors de nos heures de T.P.E., puis chacune rechercher de nouvelles idées chez sois. Quand nous avions beaucoup de sources, nous commencions donc à rédiger, d'abord un peu chacun de notre côté, puis encore plus lors de nos heures de T.P.E. Pour finir et être sur que rien ne manquer, nous l'avons fait ensemble. Nous avons toutes les deux travaillaient au même niveau et temps de travail, dans une ambiance tout aussi agréable.

 


Pour conclure, ce T.P.E. a permis beaucoup de découvertes pendant six mois, car malgré que ce sujet soit une question importante dans notre société, je n'étais pas au courant de toutes les inégalités toujours présente. Ce fut une découverte intéressante et je ne regrette en rien le choix de ce sujet. De plus, le T.P.E. m'a appris à travailler sur un long temps en binôme, à partager ses idées, ainsi qu'apprendre à écouter l'autre personne puis d'acquérir une certaine autonomie.

 

*

SYNTHESE PERSONNELLE N°2

NAWELLE POISSON 

1ES1

Les premiers pas...

   Lors de la première séance de TPE, nous avions beaucoup d'idées et beaucoup de sujets nous intéressaient. Le plus difficile était de faire un choix. Nous nous sommes d'abord intéressé à la presse, et plus précisément au traitement de l'information. Mais pour cause de désaccord avec ma camarade, nous avons décider de nous intéresser à la question des femmes aujourd'hui, et des inégalités qui persistent encore aujourd'hui malgré un long combat pour obtenir une égalité de droit. Notre groupe se composant exclusivement de filles, nous nous sentions particulièrement impliquées dans cette recherche. De plus, étant en filière ES, nous avions déjà quelques bases nécessaires qui nous permettaient de cerner un peu plus notre sujet. Notre principal problème a été de trouver notre problématique finale. Non pas dans la formulation, mais dans les axes précis à développer. De nombreuses questions concernant notre sujet, bien que très intéressantes, étaient impossibles à traiter en si peu de temps et dans le cadre d'un TPE, ou étaient bien trop vastes. Deux séances plus tard, après discussions avec nos professeurs, nous avons donc décider de nous concentrer sur ce qui, dans notre société, amène au maintien de ces inégalités. Notre problématique finale était donc : 

«  Comment, malgré une égalité de droit, certains mécanismes de la société maintiennent les inégalités de fait entre hommes et femmes ? »

La mise en œuvre...

   Après cette longue recherche d'axes précis à traiter, nous pouvions enfin nous lancer dans différentes recherches. Il nous fallait, tout d'abord, nos deux grandes parties, afin de définir un plan rigoureux pour ne pas aller dans n'importe qu'elle direction. Après une longue discussion, nous avions décidé de constater l'ampleur des inégalités aujourd'hui en traitant des exemples précis tels que la place des des filles dans le système scolaire, puis des inégalités dans le monde du travail, et enfin au sein de la politique. Dans un second temps, nous voulions nous intéresser à notre question principale; les mécanismes qui aboutissent au maintien des inégalités malgré une égalité de droit acquise aujourd'hui. Dans cette partie, nous aborderons deux parties. Tout d'abord la socialisation sexuée qui aboutit à un conditionnement dés l'enfance, puis la femme à travers les médias en prenant l'exemple de la publicité. Nous avions décidé de prendre une base de données, avec nos recherches personnelles et collectives sur internet, l'emprunt de livres, les analyses de sociologues, des interviews en rapport avec notre sujet, des articles de journaux, etc...

Nous avions ensuite travaillé sur les documents que nous avions récolté, nous les avons interprété, illustré, puis intégré à notre production. Puis nous complétions au fur et à mesure de nos recherches tout en articulant notre pensée afin d'organiser notre idée.

La répartition des tâches s'est faite naturellement. A chaque séance nous avions nos objectifs collectifs et personnels. D'un point de vue personnel, j'ai plutôt cherché des données dans des livres, journaux ou magazines puis des compléments pour les illustrer tels que des graphiques, des tableaux dont on pouvait se servir comme support d'analyse et en tirer des conclusions, une fois raccordés à notre travail global, afin de l'enrichir.

 

L'aboutissement...

   Après de longues recherches, nous avions enfin notre production. Maintenant, il fallait s'interroger sur le support de celle-ci. Depuis le début, nous avions pensé à un diaporama puisque notre travail s'appuyait sur de nombreux documents iconographiques, statistiques et graphiques. Puis l'idée du site internet nous est parvenue. Avec les quelques connaissances en la matière dont je disposais, nous avons donc commencé à faire une première ébauche de ce qui sera le support de notre production finale. Le site internet nous permettait d'organiser notre travail de façon claire et précise, d'intégrer notre bibliographie, webographie et même notre synthèse personnelle à notre travail. De plus, nous pouvions nous répartir le travail très facilement. Petit à petit, le site prenait forme, pour aboutir à un notre support final complet. 

En conclusion, une expérience enrichissante...

   Ce travail m'a appris énormément de choses en seulement quelques mois. C'est tout d'abord l'occasion pour nous d'être autonomes, sans avoir trop de contraintes à respecter, ni même de sujet imposé. Il s'agit, certes, d'une situation avantageuse pour les élèves, mais il faut donc savoir se gérer nous-même et gérer notre binôme : la répartition des tâches, le bon déroulement des séances, savoir s'imposer un temps de travail et une certaine rigueur, savoir délimiter nos axes de recherches, faire le tri entre les informations. C'est donc une expérience enrichissante en tant qu'élève, puisque nous sommes rarement confronté à un travail où nous faisons tous les choix nous même, et cette situation est plus difficile, puisqu'il ne faut beaucoup d'organisation. De plus, notre TPE se présentant sous forme d'un site internet, cela m'a permis de développer mes connaissances en matière de création de site internet, de gestion de celui-ci, de traitement de textes, etc. 

Bien sûr, ce travail enrichit beaucoup notre culture générale, puisque c'est lors des recherches, même celles qui n'aboutissent pas, qu'on en apprend le plus. Même si nous ne trouvons pas ce que nous cherchions, si l'information est erronée ou s'éloigne trop de notre sujet, nous avons appris quelque chose. Ainsi, j'ai élargi mes horizons en observant la situation (concernant les inégalités entre hommes et femmes) dans d'autres pays tels que la Suède qui est l'exemple européen en matière de parité et de mesures prises en faveur des femmes, par exemple. C'est au cours de mes recherches que j'ai appris ceci, alors que je l'ignorais.

 

Notre sujet est d'autant plus intéressant qu'il est actuel, et assez connu par les individus. La plupart des gens savent que les inégalités entre hommes et femmes persistent. Pourtant, à travers ce travail, je me suis rendu compte que j'avais seulement des acquis très vagues sur la question. Je n'avais aucune idée de l'ampleur de ces inégalités, et, en questionnant mon entourage, je me suis aperçu que la plupart des gens étaient dans le même cas que moi. Et grâce à ce travail, j'ai pu non seulement mettre des chiffres sur mes idées, mais aussi élargir toute mes connaissances en prenant conscience de toutes les discriminations implicites et que l'on a tendance a oublié et a minimisé envers les femmes. Ainsi ma vision des choses sur les inégalités entre hommes et femmes, sur le système scolaire, sur la publicité, les médias, et tous les autres thèmes abordés a pu évolué. Étudier ce type de sujet permet de ne pas reproduire ces discriminations, ces inégalités, aussi petites soit-elles, au quotidien, et de faire, avec le peu pouvoir que l'on a, changé les choses.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×